© 2017 by M. Braekman created with Wix.com

Michel BRAEKMAN

+ 41 32 920 34 38 | + 41 79 341 87 68

m.braekman@gmail.com

Grand'Rue 11, CH-2416 Les Brenets

Switzerland

  • White Facebook Icon

MAJ : 09 octobre 2019

Étapes de réalisation

- La modélisation 3D

La modélisation par CAO me permet de tirer les plans à l'échelle, de juger de l'esthétique générale et de vérifier le fonctionnement du mécanisme.

- Découpe et perçages des différentes pièces métalliques

Je pars directement des méplats en acier, en laiton, en maillechort ou en titane.

En premier lieu, les perçages sont réalisés avec précision à la fraiseuse puis, après traçage, suit le travail à la scie et à la lime pour fixer la forme générale. Enfin, les pièces sont amenées à la dimension quasi finale au backstand.

Depuis peu, je perce et détoure les pièces au jet d'eau. J'y gagne en concentricité et en planéité.

- Réalisation des chablons et des posages

Les chablons sont réalisés en aluminium pour avoir une base rigide pour tracer les contours.

Le posage pour la lame me permet de réaliser l'émouture à la lime. Il s'adapte dans l'étau d'établi.

Je réalise des fixations temporaires qui me serviront pour l'assemblage « à blanc ».

Les posages pour les plaquettes à l'échelle 2:1 permettent de réaliser les plaquettes à l'aide du pantographe. Le travail à l'échelle me donne une tolérance double et donc, plus de précision.

Le pantographe a été réalisé par mes soins.

- Travail sur la lame

L'onglet est réalisé à la fraiseuse sur un posage réglable.

Je réalise l'émouture au backstand puis à la lime et ensuite à la bande abrasive.

Le guillochage éventuel est réalisé à ce moment-là.

 

La lame est poncée finement et polie miroir.La Lame est ensuite chauffée au four électrique à la température (820°C, 1060°C) recommandée par le fabricant puis trempée et revenue (180°C, 220°C) une ou deux fois ( 2 heures) pour acquérir la dureté souhaitée (58-60 HRC).

La lame est à nouveau poncée et polie soigneusement avant d'être révélée dans le cas d'une lame damas.

Enfin une gravure peut être réalisée pour personnaliser le couteau : sceau, prénom, logo, etc

- Travail sur le mécanisme

Les pièces du mécanisme sont usinées comme la lame. Le ressort est lui aussi trempé et revenu selon les indications de la fiche technique.

Le mécanisme est ensuite ajusté finement à la lime pour éviter tout jeu. Le poncetage permet d'ajuster la lame en position fermée sans que le fil de la lame ne touche le ressort.

Éventuellement, le guillochage des platines, du ressort et de son levier sont réalisés à ce moment-là.

- Montage du manche ou des plaquettes

Après sélection du matériau pour les plaquettes, celles-ci sont dressées à la fraiseuse. Les entrées de serrure sont aussi réalisées à la fraiseuse. Elles sont ensuite fixées sur le support du pantographe et usinées. Les inclusions sont réalisées à ce moment-là.

Les fixations sont usinées par décolletage, filetages et taraudages compris.

- Montage du manche ou des plaquettes (suite)

Les plaquettes en bois sont stabilisées par inclusion sous vide d'un copolymère acrylique véhiculé dans un solvant utilisé en conservation d'objets d'art. Il rend le bois imputrescible, indéformable et résistant aux changements d'hygrométrie. En outre, il permet une finition polie de grande qualité.

Les plaquettes sont assemblées à blanc sur les platines, l'ensemble platines – plaquettes est ajusté au backstand puis à la lime et à l'émeri.

- Montage du manche ou des plaquettes (fin)

Dans le cas d'un manche pour couteau droit, ce dernier et percé à la dimension de la soie, puis fixé à l'aide d'un adhésif double composant.

Le manche est alors mis à dimension et égalisé au backstand, puis à la lime et au papier de verre, avant d'être poli au touret.

- Assemblage final

L'ensemble platines, levier, support de ressort est serti à l'étau.


La lame est fixée dans l'ensemble serti, serrée et contrôlée.


Les plaquettes sont glissées dans les fixations et fixées par un adhésif double composant.

L'ensemble est enfin poncé finement (du grain 1'000 à 12'000) puis poli et huilé.


Enfin, la lame est affilée à la pierre à eau japonaise, grain 250, 1'000 et 6'000.

- Recommandation

Mes couteaux ne supportent pas le passage au lave-vaisselle.

Pour l'humidité et la température, il n'y a pas de problèmes, par contre les produits de nettoyage sont trop agressifs.

Sur la vue ci-dessous, on peut voir les trois manches qui ont été décolorés et dont la surface est devenue rugueuse.

  • Black Facebook Icon